vendredi 23 janvier 2009

Le danger.

Juste un truc que j'ai remarqué.

Je viens encore de me faire appeler "maître" sur ForumJapon, et ça fait suite à un message perso où j'étais sujet à l'admiration d'une personne.

C'est pas la première fois, loin de là, mais comme je suis ici dans une démarche profondément pédagogique, je tenais à vous mettre en garde contre cette attitude.

Quand tu es dans la lutte (genre tu trouves que le japonais c'est dur) et que tu vois un mec qui a réponse à toutes tes questions et qui en plus fait que du coup toi aussi tu te mets à comprendre ce qu'avant tu comprenais pas, il y a ce réflexe naturel de croire que le mec est au-dessus de tout, limite la déification, le "prof" devient un peu ton "gourou".

Je tiens à casser ce mythe du gourou omniscient :

1) Lorsque je ne donne que des bonnes réponses sur un forum, ce n'est pas parce que je sais tout en japonais. C'est parce que je choisis de répondre aux questions auxquelles je sais répondre.
Non pas pour me faire mousser, mais parce que rien ne m'énerve plus que de voir un débutant poser une question et de voir un mec qui n'en sait pas plus que lui lui répondre une ânerie parce qu'il "pense que", "à son avis", ou "ma copine Japonaise dit que"...

Mec, "ton avis", on s'en branle. Ou tu as la réponse exacte, ou tu fermes ta gueule. Parce que "ton avis", ça te fait sans doute plaisir de le donner, mais ça n'aide pas forcément celui qui a posé sa question dans son apprentissage de la langue.

Donc fatalement, quand tu réponds qu'à des questions dont tu connais la réponse, tu passes pour un Dieu du japonais, mais si tu devais répondre à toutes les questions posées sur la langue, sûrement qu'il y en a un tas où ta seule réponse serait "putain, j'en ai aucune idée".

J'évite de répondre aux questions que je ne maîtrise pas simplement parce que je pense que ça n'est utile à personne.

2) L'aspect qui me dérange le plus dans cette "gourouisation" du prof, c'est que l'élève finit par perdre de vue l'humanité du prof. On en arrive à des réflexions genre "non, mais lui, c'est spécial", "il est trop bon", "il a un don pour les langues".
Le mot est lâché : on se met à parler de "don".

Il n'y a pas de "don". Je connais des métisses Franco-Japonais qui luttent en japonais.

Il n'y a que du travail. Quand un mec est meilleur que toi, c'est pas parce que Dieu a décidé qu'il serait l'Élu à qui tout serait facile et rapidement assimilable.

Quand un mec est meilleur que toi c'est parce qu'il a bossé plus que toi, avec une meilleure méthode et des efforts mieux canalisés.

Ce n'est pas une question de chance ou de génétique, c'est une question de mécanique : tu appliques un principe pour obtenir un résultat, et ce résultat est reproductible.
Je t'ai sans doute déjà parlé de cette nana qui avait 1,5/20 de moyenne sur l'année en bossant.
Je lui ai filé quelques cours et elle a obtenu 14 à son partiel.

Elle est pas devenue intelligente tout d'un coup, je lui ai pas "transmis" le japonais. Je lui ai fait appliquer ma méthode de travail et elle a obtenu des bons résultats, comme n'importe quelle autre personne qui utiliserait cette méthode.

Cette attitude de croire qu'il y a des "élus qui y arrivent sans bosser" et des "mecs qui bossent et qui n'y arrivent pas" est dangereuse.

Parce qu'à la première difficulté tu vas penser que tu appartiens au deuxième groupe et ça n'est pas vrai. Si tu fais des efforts et que tu n'y arrives pas, c'est sans doute que tu ne fais pas tes efforts dans la bonne direction.

Je regardais récemment une émission sur la composition musicale et le rappeur Japonais Seamo expliquait à propos de sa chanson "Continue" que ce qu'il voulait exprimer dans cette chanson, c'est qu'il n'était pas particulièrement doué mais que s'il était arrivé où il en était, c'était uniquement parce qu'il avait fourni des efforts continus.
Il y avait des gars plus doués que lui quand il a commencé à rapper, mais ils avaient abandonné en cours de route, lui laissant d'autant plus de place.

S'il y a un truc que les dessins animés japonais et les manga ont dû t'apprendre, c'est que, au final, la persévérance paie toujours plus que le don.

Maintenant va bosser.

11 commentaires:

Clarence Boddicker a dit…

Ouais hein !

Bon, moi je passais par hasard, tu me connais, je suis comme Sardou, la langue de l'autochtone, strictement rien à foutre.

Mais quand même, ça me titillait de pas pouvoir insulter les vieux grigous dans le métro, ceux du genre à vous piétiner vos mocassins à 600 €. Alors, je suis là pour réparer mon envie de bien faire et leur rendre la monnaie de leurs pièces (et en pièces de 1 Yen, ça risque de peser lourd).

Robert (instant solennel), comment dit-on "Enculé de ta race" en japonais ?

Bon, voilà, j'ai fini, enfin, ça et le tag sur les méchants à me rendre le plus tôt possible.

Cordialement,

Clarence, moi y'en a pas comprendre les mots qui sortent de ta bouche !

David a dit…

Une métaphore que j'utilise souvent pour mes étudiants (j'enseigne l'anglais et le français, le plus souvent il s'agit d'enseigner le français à des Américains), c'est que le truc le plus proche d'une langue c'est... le sport...

Et quand tu fais du sport, tu peux avoir tout le talent du monde, si tu t'entraînes pas constamment avec une bonne méthode et bien tu seras nul.
L'apprentissage d'une langue, c'est pareil.

J'insiste aussi souvent sur la physicalité de la langue, mais c'est un peu hors-sujet.

Maintenant je dois avouer qu'après m'être mis plusieurs centaines d'étudiants sous la dent, je reste persuadé que comme pour le sport, certains sont plus naturellement doués que d'autres... Mais je souligne de nouveau que ce don requiert de toute façon de l'entraînement.

Sinon j'aime bien l'anecdote de ceux qui te prennent pour gourou.
En général sur les forums que je fréquente, on me reproche souvent d'être un monsieur je-sais-tout, alors que tout simplement je n'ouvre ma gueule que sur les sujets que je maîtrise et reste silencieux sur les autres.

Robert Patrick a dit…

@David : le vrai problème de cette "gourouisation", c'est que cette admiration se transforme un jour en excuse pour pas bosser "oui mais toi...".
Moi rien du tout. J'étais un puceau du japonais comme tout le monde et j'ai bossé. J'ai essuyé mes plâtres comme tout le monde, des fois même lors de concours, mais j'ai jamais lâché l'affaire, point-barre.

Ama a dit…

Venons en à la vrai question : Les Fans de Robert Patrick sont-ils immatures ? XPTDRRRR

David a dit…

Oui, je me demandais en fait.
Les gens qui te trouvent "trop doué", etc ne seraient-ils pas tout simplement des ados qui fantasment sur le Japon et pouvoir apprendre le japonais un jour (et qui ont encore du mal à concevoir le concept de langue étrangère comme autre chose qu'un cours de collège/lycée)?

En général, c'est le genre de personnes qui trouvent incroyable que je sois bilingue en anglais (quoiqu'à la réflexion, il y a quelques adultes aussi).

Robert Patrick a dit…

@David : il ne s'agit pas que de mon cas et il ne s'agit pas que du japonais (j'ai eu le même souci avec des élève en musique).
Le problème est que tu es un élève et que tu es confronté à quelqu'un qui a des connaissances que tu ne peux envisager parce que tu ne peux pas te projeter dans le temps.
Par exemple si tu dis "j'apprends 10 kanji par jour et dans 1 an j'en connaîtrai donc 3650", c'est un planning qui ne concerne qu'un aspect technique. Et tu as en face de toi quelqu'un qui connaît aussi des expressions, qui comprend ce qui se dit à la télévision, qui prend un livre au hasard dans une bibliothèque et qui te le traduit sans avoir recours au dictionnaire, et qui en plus t'explique comme c'est simple... Juste tu pètes les plombs et tu te sens minable avec ton plan de 3650 kanji parce que même si tu y arrives, tu sens encore trop de distance entre toi et ce prof.
Parce ce que tu n'envisages pas, c'est que, bien évidemment, en 1 an tu auras accumulé bien d'autres expériences que le simple apprentissage des kanji, mais c'est quelque chose que tu ne peux pas projeter dans le temps.
Tu peux décider de ce que tu comptes apprendre, mais tu peux pas décider quand ton cerveau sera suffisamment accoutumé à la langue pour comprendre ce qui se dit à la télévision.
Et c'est cette dimension-là qui te fait prendre ton prof pour un demi-dieu, tu te dis "j'y arriverai jamais aussi bien" parce que son niveau dépend aussi d'éléments relativement incontrôlables. Et cet état, le prof l'a connu lui aussi, forcément ;-D.

Je crois donc que le problème ne vient pas tant de l'état d'adolescent que du manque d'expérience de l'apprentissage. Quelqu'un qui a commencé à apprendre un instrument jeune, par exemple, s'il se met à une langue vivante à l'adolescence il va pas forcément connaître cet état parce qu'il aura déjà un vécu de l'apprentissage sur le long terme et il saura relativiser cet état du débutant. Il me semble...

David a dit…

Nous sommes bien d'accord.
Je faisais le raccourci, parce qu'en matière d'apprentissage de langues, adolescent et manque de vécu d'apprentissage sont presque toujours synonymes ce qui est, quelque part, logique.

Anonyme a dit…

Oh comme c'est amusant! On fait un article inspiré d'un petit commentaire que j'ai laissé sur forum japon:)

En ce qui concerne la substance de ton article je suis d'accord avec toi!
Pour ce qui est du "maître" que j'ai employé dans mon sujet sur le dit forum, comme j'ai précisé, ce n'était qu'un petit clin d'oeil par rapport au fait que j'avais l'impression d'être à l'école devant mon prof ( je suis déjà assez agé, même si à 30 ans c'est relatif...).
Bref en ce qui me concerne je ne te considère pas comme un gourou ni même comme quelqu'un de supérieur car comme toi, je déteste les "chialeurs" qui ne se donnent jamais la peine de réussir et je prône le succès par l'effort. Tu n'est donc que quelqu'un qui à fait un effort (c'est déjà remarquable!).

Je ne prends pas mal ton article hein! simplement je trouve qu'il faut savoir relativiser car même si j'ai moi-même souvent vu/ entendu les gens dire maître à quelqu'un en le pensant, je sais que certains ne font que plaisanter ;)

Reste que ton article est assez original et devrait en faire réfléchir plus d'un!

black-helmet a dit…

Salut RP.
Article intéressant qui m'a fait réfléchir, on se comprend hein. ;-)

Cora a dit…

S'il m'arrive de « gourouiser » un prof ou un sempai plus expérimenté, c'est surtout pour rigoler.
En ce qui me concerne, j'ai beaucoup de mal à me dire « j'y arriverais jamais », et encore moins qu'il existe des gens aux pouvoirs surnaturels, capables de tout comprendre en deux secondes. En fait, j'avoue qu'apprendre tout court (que ce soit le jap ou autre chose) ne m'a jamais réellement créé de difficultés.
Ce qui me crée des problèmes, c'est surtout ma flemme... mais au moins, j'en suis consciente.
Après, y'a des trucs où je suis une quiche, genre les maths, ça m'a toujours filé des migraines pas possible; mais je suis persuadée que si je m'y mettais et que je m'exerçais, je finirais par avoir un niveau honorable (et je dis ça en connaissance de cause, vu que j'ai déjà essayé...) !
Le truc, c'est que les maths, j'aime pas ça. Le japonais en revanche, ça me plait, alors ce serait légèrement embêtant de me dire que je suis incapable de pratiquer quelque chose que j'aime. Je crois pas qu'il y ait de contre-indications à l'apprentissage d'une langue après tout.
Je crois que si cet état du débutant, comme tu dis, ne m'effraie pas, c'est surtout parce que je prends les choses assez à la légère. Lorsqu'on accorde trop d'importance à l'apprentissage d'une chose, on a tendance à voir ceux qui la maitrisent déjà comme des surhommes. De mon point de vue, le japonais, ça peut pas être si dur. Ca fait des siècles que les japonais l'apprennent !

Edo a dit…

J'peux donner mon avis, j'peux donner mon avis?!
Allez, j'attends pas la réponse, et j'le donne !

Sans m'attarder sur l'aspect adoration, c'est vrai que pas mal de personnes ont tendance à penser que ceux qui parlent japonais sont des génies, et que c'est impossible autrement.
Combien de fois ai-je entendu "T'as de la chance de pouvoir parler japonais", ce à quoi je réponds souvent des trucs comme "fais ne serait-ce que la moitié de ce que j'ai fait en plus de tes études de droit, et tu me diras si tu penses toujours que c'est de la chance".

Bref, M. tout le monde il capte pas bien que l'étude d'une langue, quelle qu'elle soit, ça prend du temps, qu'on soit un génie ou un con.

Ceci étant dit... J'ai un peu de mal à t'idolâtrer pour tes connaissances en japonais RP, mais je comprends tout à fait ceux qui sont fans de ton style, puisque c'est mon cas ^^.
C'est ptet pour ça que tu reçois des messages de ce genre, non? Tu as une manière assez unique de t'exprimer, si bien que tu peux parler d'un truc absolument sans intérêt mais en le rendant drôle (va pas non plus croire que je te dis que tu racontes joliment de la merde, c'est pas ça ^^).

Bref, parle comme un demeuré, et tu verras que tu ne recevras probablement plus de messages te faisant passer pour un gourou ;)

PS : Sinon, ça sert à quoi le truc de vérification des mots pour laisser un commentaire? Y'a tant de bots que ça qui viennent faire mumuse chez toi?

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.