lundi 24 novembre 2008

Le factitif, la dernière leçon.

Eh oui, tout a une fin.
Oh, rassure-toi, le blog ne va pas s'arrêter, on a encore tellement de choses à voir !

Cependant, une fois que tu auras appris le factitif, force sera de constater que tu auras fait le tour des formes verbales. Eh oui, après ça, tu sauras tout ce qu'il y a à savoir sur les verbes, le reste c'est que du détail, des expressions lexicales, etc.

Evidemment, ça veut aussi dire qu'à partir de maintenant tu es entièrement responsable de ton niveau de japonais...

Alors le factitif (que certains appellent aussi causatif, mais d'après la définition de Wikipédia, il me semble que factitif est plus adéquat dans le cas qui nous occupe), ça sert à dire qu'on "fait faire" quelque chose, ou qu'on "laisse faire" quelque chose. Tu vas voir qu'à partir de là, on a un tas de possibilités (puisque je te rappelle que le japonais c'est comme les Lego : c'est bien le diable si t'arrives pas à combiner TOUS les éléments qu'on a déjà vus entre eux).
C'est aussi pour ça que nous n'aurons pas d'article sur le factitif-passif, puisqu'à mon sens il ne s'agit que d'une des nombreuses combinaisons possibles à partir du factitif. Nous aurons donc un chapitre dédié, mais pas d'article, genre "oh là là, une nouvelle forme verbale complètement différente !".
Bon.

1) construction.

a) les verbes faibles.

Pour les verbes faibles, la formule ne change pas (hé, maintenant qu'on a vu toutes les formes verbales, tu peux bien l'avouer : franchement, le japonais, c'est pas compliqué, non ?) : on prend le -る final et on le remplace par -させる.

食べる⇒食べさせる manger ⇒ faire manger / laisser manger
見る⇒見させる voir ⇒ laisser voir
見る⇒見せる voir ⇒ montrer

Ah ben oui, pour "faire voir" (= montrer) on utilise 見せる.

b) les verbes forts.

Pour les verbes forts, tout pareil que d'habitude : on prend la forme en あ et on ajoute -せる. Puisqu'on en est à la dernière forme verbale, tu es maintenant en possession de tous les éléments qui te permettent de juger si je suis un sale connard de flinguer les profs qui appellent la forme en あ "base négative" (pour info, en japonais c'est 未然形, qu'on traduit généralement par "forme indéterminée") ou si Robert Patrick a compris un truc qui leur échappe...

買う⇒買わせる
訊く
⇒訊かせる
etc.

c) les verbes irréguliers.

する
⇒させる
くる
⇒こさせる
行く
⇒行かせる

Et. C'est. Tout.
Tu feras juste un peu gaffe, des fois certains verbes très courants voient leur forme contractée, par exemple 行かせる peut donner 行かす ou encore 待たせる donner 待たす. Au niveau du sens c'est EXACTEMENT la même chose, tu peux rapprocher ça des formes potentielles contractées (食べられる⇒食べれる, remember ?).

2) emploi.

Alors évidemment, la première question qui va te venir, c'est "Oui mais alors comment on peut savoir s'il s'agit de "faire faire" ou de "laisser faire", LOL ?".
J'ai plusieurs réponses :
- si tu me suis depuis le début, tu as dû consacrer une partie non négligeable de tes efforts à développer ton intuition.
- les particules に et を vont nous aider.
- des fois on peut pas se tromper.

Par exemple, 死なせる veut FORCÉMENT dire "laisser mourir", vu que "faire mourir" c'est "tuer", qui se dit 殺す.

Comment ça marche ? (note : ne t'étonne pas de trouver quelques troublantes ressemblances entre mes explications et celles données par le-Dico-qu'il-te-faut, je t'ai déjà dit qu'il fallait vraiment être un sale con prétentieux pour croire qu'on pouvait faire mieux que ce qui se faisait déjà de mieux. Et je n'ai pas cette prétention, donc je prends la connaissance où elle se trouve).

3 paramètres entrent en jeu dans le choix des particules et l'usage du factitif, ce sont :
- la transitivité ou l'intransitivité du verbe
- la volonté ou non de celui à qui on fait faire quelque chose
- le statut des intervenants.

a) に ou を ?

Soit A celui qui fait faire et B celui qui "subit" l'action dans tous nos exemples, pour plus de clarté.

Si le verbe est intransitif (aller, parler, etc.), on considère généralement que に indique une volonté de la part de B, le factitif se traduira donc par "A a laissé B faire quelque chose". Nous voyons dès lors 2 cas de figure dans lesquels on ne pourra pas utiliser la particule に :
- le cas où on force B à faire l'action, par exemple 母は弟を無理矢理学校へ行かせました。"ma mère a obligé mon frère à aller à l'école".
- le cas où B n'est pas pourvu de volonté, par exemple : ケーキを腐らせてしまいました。"Mince, j'ai laissé le gâteau moisir !".
Note que dans le cas du verbe intransitif, tu peux utiliser soit に, soit を à ta guise, en dehors des 2 cas que nous venons de citer, donc ne va pas t'inventer des règles genre "on utilise を uniquement quand A oblige B à faire quelque chose", car ce n'est PAS le cas !
Par exemple : 彼女を好きなだけに電話で喋らせてあげた。 "J'ai laissé ma copine me parler au téléphone aussi longtemps qu'elle le désirait".

Si le verbe est transitif (donner, raconter, etc.), alors on utilisera la particule に pour indiquer B, car la particule を servira déjà à indiquer l'objet du verbe (puisqu'il est transitif).
俺が作ったケーキを彼女に味わわせてみた。"j'ai fait goûter le gâteau que j'avais fait à ma copine".
Ça me fait penser que j'ai appris ce verbe (味わう) et sa forme au factitif (味わわせる) en lisant るろうに剣心, tiens, je te file l'image, scannée avec amour dans un but purement pédagogique : ici. Au passage, tu peux pas imaginer comment j'ai appris des tonnes de trucs en japonais en lisant
るろうに剣心, donc contrairement à tes profs qui chient sur les "mangasses", je ne peux que te conseiller de te plonger dans la bande dessinée japonaise, le plus tôt sera le mieux.

Alors tu vas me dire : "ouais, mais alors du coup, comment on peut savoir si c'est "faire faire" ou "laisser faire" quand on utilise un verbe transitif, LOL ?".
J'ai plusieurs réponses :
- fais attention au verbe utilisé. Par exemple, 味わわせる veut dire "faire goûter", on se doute donc bien qu'on n'a pas forcé a personne à goûter, sinon on aurait employé un verbe plus coercitif, comme 食う, qui aurait donné 食わせた, "j'lui ai fait bouffer !".
- MAIS !!! Et c'est là que tu vois que tout n'est pas blanc tout n'est pas noir, on a des formes verbales à notre disposition qui permettent d'identifier la relation entre les intervenants.
Par exemple, si on a 味わわせてあげました, on sait qu'on a eu la gentillesse de faire goûter notre gâteau à quelqu'un, tandis que si on a どんな痛みか、アイツに思い切り味わわせてやったぜ!, on se doute que A n'a pas trop demandé son avis à B...

Je t'ai parlé tout à l'heure du statut de A et B, je te donne un exemple directement tiré du Dico-qu'il-te-faut, qui nous dit que lorsqu'on utilise un verbe au factitif, A doit forcément être d'un statut supérieur ou égal à B. La phrase suivante est donc incorrecte :
*私は先生にパーティーに来させるつもりだ。"J'ai l'intention de faire venir notre professeur à notre soirée".

Alors je te vois venir (ne dis pas non, puisque je te VOIS venir !), tu vas me dire "ah ben comment on peut dire qu'on veut faire venir le professeur alors, LOL ?".
Il y a sans doute plusieurs solutions, mais la plus simple serait d'utiliser la forme en -てもらう avec une forme volitive (la forme désidérative ne serait pas assez forte dans ce cas). La forme volitive, je suis pas sûr d'avoir employé le terme la dernière fois, c'est la forme en -おうと思う.
Donc : 私は先生がパーティーに来てもらおうと思っています。

3) let's combine !

Comme je te l'ai déjà dit, en japonais tu peux combiner quasiment toutes les formes entre elles, je ne vais donc pas te faire la liste de toutes les possibilités liées au factitif, nous allons seulement nous attarder sur ce qu'on appelle le "factitif-passif".
D'abord, tu remarques qu'on dit "factitif-passif", et non pas "passif-factitif", tu as donc un indice sur l'ordre dans lequel les 2 formes verbales vont se présenter. Et oui (je me permets de devancer ta question) : on peut avoir une forme de passif-factitif aussi. Tu veux un exemple ? Bon, je te donne un exemple.

田中さんは納豆が好きではないのに、罰ゲームだったから、食べさせられてしまいました。
"Tanaka n'aime pas le nattô, mais comme il s'agissait d'un gage, il a bien été obligé d'en manger".
Tu checkes la forme : 食べる, manger ⇒ 食べさせる, faire manger ⇒ 食べさせられる, être obligé de manger ("subir le fait qu'on nous fasse manger").

友達だったのに、鮫に食われさせました。"C'était son ami, mais il l'a quand même laissé se faire bouffer par les requins".
Tu checkes la forme : 食う, bouffer ⇒ 食われる, se faire bouffer 食われさせる, laisser se faire bouffer.

Bon, t'as eu ton exemple, revenons au factitif-passif. La forme en elle-même, y a pas grand'chose à en dire, sinon que tu vas pleurer au niveau de la prononciation, mais rassure-toi : rien qu'une bonne dizaine d'heures d'exercices quotidiens ne puisse arranger au bout d'une année...
Ce qui nous intéresse, c'est POURQUOI on utilise cette forme. J'ai déjà eu l'occasion d'expliquer ailleurs comment fonctionnait la langue japonaise, mais je vais pas te renvoyer à mes interventions sur ForumJapon à chaque fois que j'y ai dit un truc intelligent, sinon t'es pas rendu...

Alors en fait, si la langue japonaise a autant de pronoms personnels (tu avais remarqué), mais qu'on les utilise aussi peu (tu avais remarqué aussi), c'est parce que par défaut, on estime que c'est le locuteur qui est au centre du discours et c'est généralement dans cette optique que tu dois orienter tes phrases.

Par exemple, si tu dis : 彼女が別れた。"ma copine m'a largué", c'est complètement juste. Mais aussi complètement pas japonais. En effet, tu énonces là un simple fait, alors que la langue japonaise est une langue faite pour blinder ton discours d'émotion. Tu viens de te faire larguer, est-ce que tu crèves pas d'envie d'utiliser une forme en -てしまう ? Est-ce que tu crèves pas d'envie d'utiliser un passif VDM ? Bien sûr que si ! Et le Japonais, tout pareil que toi !

Donc la bonne (= most Japanese-like) façon d'exprimer "ma copine m'a largué" (tu notes qu'en français on utilise une forme active avec ta copine en sujet et toi en victime), c'est :
彼女を別れられてしまいました。
Et là, t'as toujours pas de meuf, mais ta phrase elle pète et les Japonais ils te kiffent !

Tu utiliseras donc le factitif-passif dans le cas où l'on force quelqu'un à faire quelque chose, mais au lieu d'adopter le point de vue de A, tu adopteras le point de vue de B.

"Ma mère a obligé mon petit frère à finir ses lentilles alors qu'il déteste ça."
Traduisons cette phrase telle que la conçoit spontanément ton cerveau :
弟はレンズ豆が苦手なのに、母が弟に食べきらせました。

L'auxiliaire -切る après une forme en -い sert à indiquer qu'une action est menée jusqu'à son terme.

Regarde-moi ça comme ta phrase pue : tu prends ton petit frère en thème, puis tu insères ta mère en sujet, et tu reprends ton petit frère en COS. C'est LOURD au possible, tu cases DEUX FOIS "mon petit frère", et ta mère au milieu, bref, tu salopes complètement une langue faite pour l'ellipse et la légèreté. Sans même parler du manque total d'émotion dans cette phrase, juste les faits et rien que les faits. Beurk.

Alors que le Japonais, lui, il éprouverait de l'empathie pour son petit frère et adopterait donc son point de vue du gars qu'on a obligé à finir ses lentilles. Du coup, comme le verbe final sera associé à ton petit frère et pas à ta mère, tu gardes ton petit frère en thème et tu n'as plus besoin de le remettre en COS (puisqu'il est sujet du verbe au passif), tandis que ta mère devient complément d'agent :
弟はレンズ豆が苦手なのに、母に食べきらせられてしまいました。

Et là, t'as une phrase légère et pleine d'émotion, limite les larmes te viennent en pensant à ton petit frère.

Je pourrais aussi te parler d'une forme factitive spéciale, en -さす, mais je t'en parle pas parce que c'est pas indispensable et que là il est déjà 00h30. Ça se trouve dans le Dico-qu'il-te-faut, page 391.

4 commentaires:

judith a dit…

Je viens seulement de voir ton lien en réponse à mon commentaire -j'avais oublié que blogger n'envoyait pas de réponse), terrible! terrible! enfin des vraies réponses aux questions fondamentales : pourquoi dire comme ça plutôt que comme ça quand on a le choix (ce que se tue à m'expliquer une copine japonaise sur les nuances, sur la petite particule qui faisait que cette phrase était drôle dans tel sketch..., d'ailleurs je sais pas si c'est un exemple connu mais elle avait pris le même que toi pour m'expliquer 死なさせる avec 殺す ) je vais le recommander !
Tiens d'ailleurs j'ai pu mettre en application le passif cette semaine au pressing pour dire que "je m'étais fait vomir ma veste par qqun en club"
このジャケットをクラブで誰かに吐かかれてしまった
ça marche ça?

judith a dit…

Je crois que j'ai un peu dérappé sur le clavier dans le commentaire précédent, je voulais dire :
吐かれてしまった (pour ça que le mot me sortait pas directement à l'écran...)

Robert Patrick a dit…

@Judith : disons que l'avantage du couple 死なせる/殺す, c'est qu'il est évident, ça permet aux gens de mieux comprendre. Je me souviens que je m'étais pris la tête avec une prof au Japon sur une possibilité de factitif qui en fait n'était pas possible (donc j'étais obligé d'expliquer tout le contexte pour lui faire comprendre dans quel cas ça pourrait vouloir dire "laisser faire" et elle m'avait dit que ça marchait pas, ce qui se tient : si t'as besoin de 2 pages d'explications pour que les gens comprennent ce que tu dis, c'est que tu le dis mal. A méditer...).
Dans ta phrase, le 誰かに est inutile (s'il s'agit d'un Club, on se doute que c'est 誰か qui a fait le coup), tu ne préciseras le complément d'agent que s'il s'agit d'un animal, par exemple. Pour la disposition, on aime bien le COD à la fin de la phrase, mettre ジャケット au début de ta phrase appelle plutôt une particule は...
Donc : クラブでこのジャケットを吐かれちゃった!
Mais comme t'es au pressing, il est plus simple de préciser que c'est au Club que ça s'est passé et de ne pas mentionner la veste (puisque tu leur montres la grosse tâche) et de dire tout simplement :クラブで吐かれちゃった!

judith a dit…

merci pour toutes ces précisions !

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.