jeudi 20 novembre 2008

Mea culpa.

Tu te souviens peut-être que je t'avais dit que c'était pas la peine de viser la perfection et l'absolu en kanji dans la mesure où t'allais sans doute pas avoir le genre de job où tu lis des kanji à voix haute tous les jours, genre leur Premier Ministre.

Eh ben j'avais tort.

Tu peux très bien devenir leur Premier Ministre tout en étant une merde en kanji.

4 commentaires:

Cora a dit…

Complètement hors-sujet mais en parlant de kanji, j'avoue que certains me laissent vraiment perplexe...
Genre celui-là : 姦

Pourquoi trouve-t-on toujours la clef de la femme dans les kanji les plus nuls ?!

Même que dans 嫉妬, ils se sont sentis obligés de le mettre deux fois...

Robert Patrick a dit…

@Cora : m'enfin, Cora, quelle question ?! Parce la femme c'est le MAL, évidemment ! Balade-toi dans les kanji dont la clef est la femme (38), y a de quoi se marrer, vraiment....

Vincent a dit…

Excellente reponse !
Le Japon est un pays de macho, c'est bien connu (et la femme japonaise est soumise et ca ne la derange pas du moment que le mari ramene le ble et qu'il lui achete un sac Vuitton chaque mois). ah ah ^O^

Robert Patrick a dit…

@Vincent : techniquement parlant, tout ce machisme vient de Chine, puisque comme leur nom l'indique, les kanji c'est chinois.
Cora, si tu veux plus de détails sur cette conception chinoise "femme=malheur", je te conseille le livre de Viviane Alleton Les Chinois et la passion des noms. Un bonheur !

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.