jeudi 4 septembre 2008

Robert Patrick VS Les Japonais : le choc des titans.

Bon, je vois que mes articles sur la forme en -て下さい font couler du pixel, je vais donc entrer plus avant dans les détails.

Toi qui as une copine Japonaise, tu as sans doute remarqué son expression effarée lorsqu'elle a vu que je te mettais en garde contre la forme en -て下さい. "Il dit n'importe quoi, on utilise cette forme très couramment, ce n'est pas du tout dangereux !", s'est-elle véhémentement exclamée.

Ton sang n'a fait qu'un tour : Robert Patrick t'aurait-il menti ? Pire : se serait-il trompé ?

Lecteur de peu de foi, Robert Patrick, dans sa grande miséricorde, t'absout et te donne plus d'explications afin de laver définitivement le doute de ton esprit.

La forme en -て下さい n'apparaît pas dangereuse aux Japonais pour une raison fort simple : ils ne l'utilisent qu'à bon escient et n'ont donc pas conscience des nombreux cas où il ne faudrait pas l'utiliser, puisque dans ces moments-là ils utilisent spontanément d'autres formes.
Mais toi tu n'es pas Japonais, tu es un gaijin. Et les gaijin, je les connais : si je leur dis que la forme en -て下さい sert à formuler une demande polie, ils vont l'utiliser à tort et à travers et passer pour des barbares (ce qu'ils sont, techniquement parlant).

Donc la forme en -て下さい, cela correspond en français à un impératif+ "s'il vous plaît".

Exemple, tu demandes à ta copine de t'attendre 5 minutes.

5分待っていてください。Attends-moi 5 minutes s'il te plaît.

A priori, tu ne vois pas le mal. Mais si tu dois demander l'heure à un gars dans la rue, est-ce que tu vas lui dire "donnez-moi l'heure s'il vous plaît" ? Ah, tu vois, tu commences à piger : bien entendu, tu utiliseras la formule "pourriez-vous m'indiquer l'heure s'il vous plaît ?".

De la même façon, PAS UN SEUL JAPONAIS IN THE WORLD ne s'adressera à un inconnu dans la rue pour lui demander l'heure en disant "時間を教えてください".

Quant à l'impératif que nous avons vu l'autre jour, il avait évidemment pour but de t'apprendre la construction grammaticale de l'impératif qui, j'insiste, produit un ordre neutre.

Par exemple, お召し上がれ est un impératif, mais utilisé sur une forme très polie. C'est la maîtresse de maison qui t'invite à faire bombance. Ce n'est pas parce qu'on te donne un ordre qu'on veut forcément te faire nettoyer les chiottes ou t'obliger à faire quelque chose contre ton gré.

Par exemple, tu es un peu tête en l'air et tu n'as pas vu une voiture qui fonce sur toi. Est-il bien raisonnable qu'on te prévienne du style "Mademoiselle (oui, si tu es tête en l'air, tu es forcément une nana), voudriez-vous avoir l'obligeance de vous décaler de quelques centimètres sur la gauche de façon à éviter de souiller la chaussée de votre sang vermeil mêlé au caoutchouc pneumatique ?", hein ?

Non, évidemment, quand on te tire dessus, quand une bagnole fonce sur toi, quand tu es sur le point de marcher dans un étron, même ton cher et tendre qui t'adore utilisera un impératif : "couche-toi", "planque-toi", "dégage-toi", etc.

Bon, maintenant que te voilà définitivement rassuré, tu peux retourner voir ta copine pour lui expliquer calmement la situation (en japonais, afin d'éviter les malentendus) :

こらぁぁ!ロバート・パトリックの素晴らしさを思いしやがれええええ!シャァァァァァイニング・フィンガァァァ・ソーーーード!
面!面!メェェェェェェェェェェェェェェェン!!!!!

4 commentaires:

Okojo a dit…

Franchement, même s'il y a des tournures plus alambiquées pour demander l'heure, je ne vois aucun inconvénient à dire 時間を教えて下さい, avec un gentil sourire, et en mettant un すみません devant!

Par contre essayez un peu 時間を教えろ, vous m'en direz des nouvelles!

C'est la forme neutre qui est dangereuse pour le gaijin fraîchement débarqué.

Sauf dans certains cas bien définis, comme 頑張れ par exemple, qui est un encouragement, pas un ordre, c'est l'impératif le plus "impératif", par exemple le braqueur de banque ne dira jamais 金を出して下さい mais 金を出せ!

Et dans les cas d'urgence aussi, quoique en cas de danger on utilisera spontanément 危ない!

Dans un magasin par exemple, si vous voulez que la vendeuse vous montre quelque chose, すみません、これを見せて下さい sera parfait, これを見せろ fera fuir la vendeuse, surtout si vous avez des tatouages!

Après il y a certes au Japon un choix immense de tournures toutes plus polies les unes que les autres pour exprimer l'impératif, mais si on ne les connaît pas, la forme en ーて ou plutôt en -て下さい est la plus facile à utiliser tout en étant parfaitement polie.

Alors que la forme grammaticalement neutre est impolie dans la très grande majorité des cas, surtout si vous êtes au Japon pour faire du tourisme.

Après, si vous êtes à la tête d'une classe de collégiens déchaînés, vous pourrez avantageusement utiliser des impératifs comme 黙れ! 良く聞け! 出て行け! けんかを止めろ! などなど・・・

日本語って、難しいわ!

説明するのも楽じゃないね!

あっ、別に日本人の彼女がいるわけじゃないんですけど!女だし・・・

Robert Patrick a dit…

@Okojo : je ne vous soupçonne aucunement de vous fier à votre copine Japonaise, la qualité de vos remarques montre que vous avez assimilé le sujet (et j'avais compris d'après votre style et votre pseudo que vous étiez une femme). Vous comprendrez cependant que ce blog s'adresse à des gens n'ayant pas votre niveau et croyant souvent naïvement qu'un Japonais pourra les renseigner (avec un "c'est comme ça", sans doute...;-D). Il est donc de mon devoir d'enseignant de ne pas brimer cette jeune génération en quête de savoir et de Japonaises.

J'insiste sur le fait qu'à aucun moment je ne recommande l'usage de l'impératif, mais je me dois évidement de l'enseigner aux gens, puisqu'ils le rencontreront très souvent dans les manga et qu'il s'agit après tout d'une forme grammaticale à connaître (sinon comment je vais justifier que les "verbes forts" peuvent également être appelés "godan" ?).

Votre participation est toujours appréciée.

Okojo a dit…

En effet, dans les jeux vidéos et les mangas, surtout entre copains, cette forme se rencontre souvent.

Et c'est une des formes grammaticales à enseigner, cela ne fait aucun doute!

Pour "dompter" la Japonaise, je conseille le style en ーて下さい, en général elles apprécient la gentillesse chez les hommes!^^

Kamui a dit…

Pour lever de la japonaise, il ne suffit pas d'être étranger ?

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.