lundi 11 août 2008

La langue japonaise, si simple, si compliquée.

Le japonais, c'est pas très compliqué au niveau où nous allons l'aborder, on peut même dire que c'est beaucoup plus simple que toutes les langues que tu as apprises jusqu'à maintenant.
La grosse difficulté du japonais (non, c'est PAS les kanji, arrête avec ça !), c'est que c'est une langue pleine d'exceptions. Tu sais bien qu'il y a aussi des exceptions en anglais et en français, mais c'est des exceptions fixes. Alors qu'en japonais, c'est des exceptions aléatoires ! Oui, je sais, y a de quoi rendre fou un linguiste, mais nous on est juste des gaijin, donc on s'en tape. C'est pas des mecs qui sont déjà pas foutus de lire les prénoms de leurs congénères qui vont venir te reprocher une erreur de temps en temps, non ? D'ailleurs, tu verras, même si tu fais plein d'erreurs tout le temps, ils te diront quand même que tu parles très bien. Mais je digresse.

1 - la syntaxe.

La syntaxe, c'est très important : c'est la façon de construire des phrases.

La phrase japonaise fonctionne avec des particules qui indiquent la fonction des vocables qui les précèdent (une particule par vocable). Cela permet de déterminer qui fait quoi dans la phrase, rendant l'ordre des mots secondaire.
Exemple de phrases complètement correctes en japonais, voulant dire quasiment la même chose, dans un ordre différent :

僕はバカではありません。 Boku ha baka de ha arimasen. Je ne suis pas un idiot.
バカじゃねえよ、おれは!Baka ja nee yo, ore ha. J'suis pas un con, moi !

Le vocable en gras et en rouge, c'est le thème de la phrase. Tu vois qu'il peut être au début ou à la fin, du moment qu'il a sa particule は, on sait ce qu'il fait dans la phrase. A ce stade, tu remarqueras que je ne t'ai pas dit que ce que j'écris "ha" se prononce "wa" et que j'ai introduit deux pronoms personnels qui ne figurent pas dans les premières pages de ton manuel scolaire. C'est normal, nous traitons de la SYNTAXE. Ne fais pas attention au reste, tu pourras revenir quand nous aurons abordé les particules.

Un des éléments sympas de la syntaxe japonaise, c'est que l'ordre des mots (c'est pas parce que tu pourrais écrire dans n'importe quel ordre que ça doit être le boxon. Il y a quand même un ordre généralement constaté) est tout le contraire du français.
Tu trouves ça moyennement sympa parce tu te dis que c'est compliqué de faire une phrase complètement à l'envers, mais moi je dis que c'est sympa parce que c'est cohérent. Tu fais ta phrase japonaise, et quand tu la lis à l'envers, tu obtiens ta phrase française telle quelle ! Parce que c'est du vrai "à l'envers", tandis que l'allemand, par exemple, c'est du faux "à l'envers" : y a des morceaux à l'envers et d'autres non (l'allemand ayant une syntaxe sujet-verbe-complément).
Donc le japonais est cohérent sur ce point-là, c'est une bonne chose.

Je te donne un exemple :

車を買いました。kuruma wo kaimashita. "une voiture j'ai achetée".

Maintenant tu comprends que Yoda, il parle japonais en fait !

Donc le verbe à la fin de la phrase.

Ce qui va t'être très utile avec la syntaxe japonaise, c'est qu'une fois que tu auras compris le modèle, il te suffira de changer les vocables et tu pourras faire avec un seul modèle des milliers de phrases !

2 - la conjugaison.

Si déjà tu croyais que la syntaxe c'était sympa, t'as encore rien vu : il n'y a pas de conjugaison en japonais !
Prenons un verbe, un verbe sympa, genre "manger" (たべる).
Il a :
- une forme positive
- une forme négative
- une forme accomplie (passée, si tu préfères)
- une forme non-accomplie (présente ou futur, si tu préfères)
- une forme progressive (un peu comme la forme -ing en anglais)
- des formes modales (impératif, etc.)
- une forme polie (enfin deux, en fait, mais la vraie politesse on s'en occupera plus tard)
- une forme neutre

Évidemment, tout ça se combine (genre forme accomplie positive ou négative).

3 - le reste.

En gros :
a) pas de pronoms relatifs
b) les adjectifs ne s'accordent pas en genre et en nombre
c) pas de concordance des temps

Bref, tout ce qui fait que tu luttes en français (accord des participes passés, tout ça...), ça n'existe pas en japonais.

Tu vas me dire "Ah ben ouais, mais à force d'enlever des trucs importants, comment on sait de quoi on parle ?". Très bonne question.
Le japonais est une langue de contexte. Il t'arrivera plusieurs fois de demander comment on traduit un mot et de te voir répondre "ça dépend de ce que tu veux dire". C'est super énervant, mais c'est comme ça.

Le premier truc que tu dois retenir, c'est que le français et le japonais sont deux langues différentes. Donc ne cherche pas de correspondances à tout prix, tu ne ferais que compliquer ton apprentissage. Nous apprendrons dans les prochains jours à faire des phrases japonaises, il te faudra intégrer ces constructions, ne pas chercher à lutter. Après ça vient tout seul, vraiment.

Voilà, maintenant je vais écrire un chapitre sur les kanji et après on commencera à véritablement apprendre le japonais.
N'oublie pas : ici c'est une méthode, pas des leçons ! Je vais pas te filer une liste de vocabulaire à apprendre pour la semaine prochaine, il y a d'autres sites pour ça.
Tu prends les ingrédients et je t'apprends à les cuisiner.

2 commentaires:

jp.t a dit…

A propos de phrases à l'envers, tu ne trouves pas que le japonais ressemble au latin : verbes à la fin, particules postfixées contre déclinaisons.

Robert Patrick a dit…

@jp : aucune idée, j'ai fait du grec ! :-D

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.