jeudi 7 août 2008

Ton cerveau et moi.

Quand un mec rédige une méthode de japonais, il pense en général que son but c'est de t'enseigner un truc que tu pourrais pas apprendre sans lui : le japonais.

Ma démarche est différente : quand je t'enseigne un truc, je ne veux pas perdre mon temps.

Donc je veux des résultats. Donc je t'explique comment les obtenir.

Quand j'étais en première année de japonais, crois-moi si tu veux, il y avait une nana qui avait 1,5/20 de moyenne sur l'année. En travaillant.
Quand quelqu'un travaille et qu'il n'obtient pas les résultats escomptés, tu peux être sûr que c'est un problème de méthode.

Ah ça, j'en ai vu des gens remplir des feuilles de kanji, et que je t'écris 1000 fois le même caractère pour le retenir...

Gars, écoute bien ce que je vais te dire : le japonais, c'est rien d'autre qu'une des milliards d'applications de ton cerveau. Si t'en es à écrire 1000 fois un caractère pour pouvoir le retenir, c'est que t'as un problème.

Avant la répétition, il y a la compréhension, l'intégration. Après tu peux répéter pour entraîner ton corps et faire des zoulis dessins.

Je vais donc te parler de ton cerveau. Quand t'étais petit, est-ce qu'on t'a pas répété cent fois qu'il valait mieux travailler un peu tous les jours que beaucoup réviser la veille d'un examen ?
Bien sûr qu'on te l'a dit. Mais comme on t'a pas expliqué pourquoi, ben tu l'as pas fait.
Répétition vs compréhension.

Entre chaque jour, il y a la nuit. Pendant chaque nuit, ton cerveau intègre les activités de la journée. D'une manière générale, le cerveau intègre les activités passées dès que t'arrêtes de lui forcer la main.
Il vaut donc mieux travailler en plusieurs petites séances par jour qu'en longues séances et à plus forte raison en séances quotidiennes plutôt qu'en une grosse séance de panique avant ton précieux partiel.
L'exemple est d'ailleurs typiquement japonais : comment se fait-il que les jeunes Japonais soient si ignares, le sais-tu ? Tout simplement parce que les diplômes sont plus importants pour eux que la connaissance. Donc ils bûchent comme des malades la veille des examens (mais comme des vrais malades, hein, genre trois nuits blanches de suite) et après ils oublient tout.
Mais eux ils s'en foutent, parce que comme ils sont Japonais, ils parlent déjà le japonais, alors que toi, non. Donc ne fais pas comme eux.

N'importe qui avec de la méthode te dira qu'on peut apprendre les hiragana et les katakana (46 caractères chacun) en une semaine maximum (en fait, plutôt 3 jours, mais je veux pas te traumatiser non plus. On est là pour kiffer le japonais, pas pour devenir leur nouveau Premier Ministre). Je te donnerai donc ma méthode pour y arriver, peut-être même demain si je trouve pas d'autres trucs importants à te dire avant. Ah si, il y a un truc important (l'écriture), mais je le mettrai avec, comme ça tu pourras passer ton week-end à faire du japonais comme un bon bûcheron. Ça t'apprendra la gratitude.

6 commentaires:

Kamui a dit…

C'est ça internet. 2,3 posts, et après on se tutoie, comme au marché de Barbès.

Robert Patrick a dit…

Moi je tutoie direct.
On va bosser ensemble, on va pas commencer à se faire des politesses...

fasa a dit…

Ce n'est aps pour rien que mon professeur de geopolitique disait :
"La base de la pedagogie, c'est la repetitions. Toute methodes qui n'est pas base sur ce postulat est voue a l echec". Il parle 5 langues couramment.

Personnellement pour apprendre mes kanjis je les notes dans un petit carnet et je les révisés tous les jours dans le métro pendant 30 minutes. Il n'y a rien de plus efficace ! Ecrire des pages, ca n'a pas marche pour moi.

Fasa

Roman a dit…

J'aime ta pédagogie.
Avant de me mettre à suivre tes cours, je me suis permis de tout lire ( y compris tes autres blogs) pour voir un peu comment tu fonctionnes.
J'aime donc la fait que tu compatisse beaucoup avec les lecteurs, ce qui donne une approche beaucoup moins chiante, plus ludique, donc bien plus assimilable, et ce plus vite.
Tu ne t'arrêtes pas a trois mots d'explications comme dans pas mal de méthodes, et uses de beaucoup d'exemples salvateurs ( en tout cas pour moi :D )
Merci pour ces cours,très bien faits et intelligents-intelligibles.

Thomas a dit…

C'est bien vrai qu'on apprend mieux les kanjis en contexte.
Mais il y a quelque chose de terrible : tu es donc dans ton contexte, bien tranquille, et tu vérifie en le notant quand il y a un kanji que tu ne connais pas, normal. Mais à chaque fois que je vérifies un kanji comme ça, j'ai envie d'en apprendre d'autres, ceux qui ressemblent, ceux qui forment un mot une fois associés au premier...
finalement je passes plus de temps à noter des kanjis que je ne vais pas retenir qu'à être dans un contexte japonais.

C'est un comportement stupide, hein ? Pourtant je le fais à chaque fois ! Je le note ici pour avoir une preuve ineffaçable de cette stupidité et m'inciter à amender mon comportement.

Vincent Gautier a dit…

Bonsoir tous,
Est ce bien le bon post ? avez vous entendu parler du logiciel Anki ? Je l'ai téléchargé (après avoir fait moult recherches et téléchargements sur l'apprentissage du japonais (ce qui explique peut être, sans que je comprenne comment, la suite)...qui est que Anki se télécharge version japonaise !!!! J'ai nettoyé l'ordi ....et rebelote. Ok, je veux apprendre le japonais mais je n'en suis pas à utiliser un logiciel en japonais, même si je trouve Anki sympa de supputer sur mes compétences très, très ultérieures. Quelqu'un aurait il une idée des raisons de cela et surtout de comment y remédier ?
Merci à vous tous qui prendrez compte de ce message désespéré.
V.Gautier

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.