jeudi 7 août 2008

Protection de l'environnement.

Si tu t'intéresses un peu au Japon, tu as sans doute déjà rencontré ces Japonaises qui vivent en France depuis des millions d'années et qui ne parlent quasiment pas français, à peine de quoi demander un café. Et tu te dis "comment est-ce possible ?".
C'est possible parce que quand tu regardes leur emploi du temps d'un peu plus près, tu te rends compte qu'elle ne surfent que sur des sites japonais, ne lisent que des livres en japonais, ne fréquentent presque que des Japonais et n'écoutent que de la musique japonaise. Je ne te parle même pas de leur travail dans une entreprise japonaise ou du câble qu'elles ont fait installer juste pour avoir aussi la télévision en japonais.

Bref, elles vivent dans un environnement japonais où l'usage du français n'est pas nécessaire.

Si tu veux apprendre le japonais sans lutter, il va falloir faire comme elles (enfin, le contraire, mais la même chose qu'elles, quoi, tout japonais). C'est pour ça que ça m'a toujours fait marrer ce dédain affiché pour "les manga", "les anime" ou "les jeux vidéos" en fac de japonais.
Il y avait toutes ces nanas qui nous regardaient de travers parce qu'on faisait nos RPGs en japonais, avec ce côté "moi, je ne m'intéresse qu'à la vraie culture", les mêmes qui lisaient encore Tanizaki en français au bout de trois ans de fac. Inutile de dire qu'on les brisait au niveau vocabulaire (ouais, je sais que c'est très difficile à croire, mais les manga, les anime ou les jeux vidéos ne parlent pas tous que de boules de feu, de dragon céleste ou de trucs complètement inutiles au quotidien).

Donc la première chose que tu vas faire, c'est pas d'apprendre des listes de hiragana ou de katakana, comme tous les boeufs qui commencent le japonais la tête dans le guidon, c'est d'analyser ton environnement et de voir s'il est propice à ton apprentissage du japonais.
Si tu as toute la collection des oeuvres des plus grands auteurs Japonais en français, tu ne seras pas plus avançé que s'il s'était agi d'auteurs Péruviens.

Apprendre le japonais hors contexte, c'est dur, parce que tout ce que tu apprends ça vient de ton manuel et le seul lien que tu as avec la langue c'est un lien "manuel-cerveau". Avec ça, étonne-toi que les mecs soient en panique quand il faut retenir plus de 500 kanji...
Tandis que si tu crées des associations émotives, c'est beaucoup plus facile de retenir les choses car tu peux appuyer ton souvenir sur une voix, une image etc.

Est-ce qu'on t'a déjà dit ça dans une méthode de japonais, hein ? Non, bien sûr, tu crois pas qu'on allait te parler des Japonaises qui sont des merdes en français pendant 10 ans parce qu'elles restent qu'entre elles. On préfère te dire que le français est une langue très difficile.
Ben désolé mon con, je connais des Japonais qui parlent et écrivent mieux français que des Français et la raison principale de cette réussite c'est qu'ils se sont jetés à l'eau. Ils se sont créés un environnement dans lequel le français était indispensable et du coup ils y sont arrivés parce qu'ils n'avaient pas le choix.

Le confort est ton ennemi. Ouais ouais, toi le cancre qui écrit la prononciation des hiragana en alphabet romain sous chaque caractère, tu crois que je t'ai pas vu ? Toi et tous tes potes losers qui abandonnez la fac au bout de trois mois sans comprendre ce qui vous arrive, juste parce que vous avez préféré le confort d'une langue que vous connaissiez à l'effort d'intégrer un nouveau système.
Bien sûr que je t'ai vu. Et puis t'as disparu du paysage. Comme une merde.

Voilà, tu vois, je t'ai pas encore parlé de "syllabaires", de "kanji", de "particules" j'ai pas encore bourré ton cerveau avec les mêmes lieux communs que tout le monde, j'ai juste mis le doigt sur tes petites habitudes qu'il va falloir changer. Ton effort il va être là, bien plus que dans la mémorisation bourrine de centaines de caractères.

Fais du japonais une nécessité. Utilise le mode multimedia, au sens propre ("supports multiples").

Mais peut-être que tu trouves que t'as pas encore appris grand' chose. Alors je te donne un autre conseil, précieux : avant d'aborder une langue étrangère, il faut déjà maîtriser ta propre langue.
Donc avant de commencer à apprendre un nouveau système grammatical, tu vas me faire le plaisir de réviser les notions de COD, COS, verbes transitifs (directs et indirects) et intransitifs, adjectifs épithètes et attributs, les adverbes, et toutes ces choses que t'as oubliées depuis que t'as quitté le collège. Bordel.

Je vais t'aider, ça c'est sûr, mais fais ton boulot.

9 commentaires:

Kamui a dit…

C'est beau comme la poésie d'un high kick dans la gueule.
On dit souvent "sortir de la zone de confort".

JB a dit…

Hello,
Merci pour les methodes que tu distilles ici. A mon retour du Japon j aimerais t imiter et jouer aux RPG en Japonais. Par exemple j avais beaucoup aime FF7. Tu as des conseils pour me le procurer ? Occasion au Japon ? Adresse d un magasin ? Emulation ?
Merci,

Robert Patrick a dit…

Ce serait bien le diable si tu trouves pas un FF7 d'occase au Japon...

Rui a dit…

Monsieur,

C'est l'article le plus intelligent et le plus motivant qu'il m'eut été donné de lire sur internet, à propos de l'apprentissage de la langue Japonaise. Vos conseils valent de l'or en barre.

Merci à vous.

SystemKernel a dit…

Euh Robert Patrick avec les RPG des conseils ? Je suis ouvert à la GB -même s'il y'en a pas trop il me semble-, GBA, SNES, PS1, et DS si j'arrive à trouver des jeux sur eBay.

Après il y a l'émulation, mais ça me gave un peu.

Robert Patrick a dit…

@SystemKernel : oui, des conseils.
1) essaie plutôt les jeux PS1 si tu peux, et ce pour plusieurs raisons :

- y a de très bons RPGs sur PS1. Je te déconseille en revanche les RPGs de légende (style Xenogears ou Final Fantasy Tactics) qui ont des histoires peut-être un peu compliquées au niveau du vocabulaire pour un débutant. Des RPGs comme Arc the Lad 2 ou 3, les Final Fantasy (tous), bien entendu la merveilleuse série des Marle Ôkoku Ningyô Hime (que je te conseille plutôt sur Nintendo DS, d'ailleurs) et sa suite géniale Little Princess.
- l'autre raison, c'est que l'affichage des consoles précédentes ne permettait pas l'affichage complet des kanji, certains caractères apparaissaient donc tronqués (genre le 撃 de 出撃 dans Bahamut Lagoon, sur SNES. Tu vois que l'élément du bas, c'est la main, 手, mais le jeu l'affiche comme la terre, 土, faute d'une résolution suffisante).
L'avantage des consoles à partir de la PS2 c'est que l'affichage des kanji est nickel et qu'en plus tu as les voix pour améliorer ta compréhension et connaître la lecture des caractères (FFX, FFX-2, MGS2, etc.).

SystemKernel a dit…

Merci ;)

Genzo a dit…

Au sujet de l'immersion, pour les anglophones : http://www.alljapaneseallthetime.com/blog/about

Un excellent site, avec plusieurs méthodes, trucs et astuces pour créer son propre environnement japonais.

Anonyme a dit…

Je découvre, j'adore, je suis hilare, je ne sais pas si je vais commencer mais je me marre...!

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.